La graisse, l’amaigrissement et la liposuccion?

Chaque personne, homme ou femme, possède une certaine cellules graisseuses qu’on appelle savamment « adipocytes » sont des cellules dont la vocation est strictement d’absorber une goutte de graisse et de la garder prisonnière le plus longtemps possible. Lorsqu’une personne engraisse ou maigrit, cela veut dire que ces mêmes contenants se remplissent ou se vident, mais leur nombre se stabilise après la puberté. Vous comprendrez pourquoi certaines parties du corps ne varient pas lorsqu’on engraisse ou maigrit, parce qu’elles contiennent peu ou pas de ces contenants, ainsi les oreilles, le nez, les paupières.

Pourquoi certains individus ont-ils plus ou moins de ces adipocytes ou cellules graisseuses ? Eh bien, cela est prédéterminé par l’hérédité. C’est ce qui explique que des personnes, même lorsqu’elles maigrissent, gardent de grosses cuisses, de grosses fesses, un gros ventre ou une culotte de cheval. Si on regarde toute la famille, on est surpris de constater que tous ses membres portent souvent cette même signature, si vous me permettez l’expression. Même chose si on regarde les parents et les grands-parents. Lorsque ces personnes perdent du poids et atteignent parfois leur poids idéal, des sites corporels bien déterminés sont particulièrement résistants à l’amaigrissement.

Pour ces personnes qui réalisent que certains endroits de leur anatomie sont vraiment des sites à problèmes, comme par exemple les cuisses, les fesses, l’abdomen, le menton, la liposuccion constitue un espoir véritable, souvent le seul.

Je voudrais ajouter ici deux vérités importantes concernant l’amaigrissement, qui me guident dans mon travail quotidien. La première, c’est que, même si la perte de poids fait disparaître la graisse d’une façon très acceptable, l’expérience nous a appris, que cette nouvelle silhouette obtenue grâce à la diète, n’a qu’une chance sur vingt de demeurer , et que les cellules graisseuses dont la vocation, comme nous le disions plus haut, est d’accumuler de la graisse, auront tôt fait de refaire leur job » dans les mois et années qui suivent, malgré tous les efforts et la bonne volonté du patient.

En deuxième lieu, et j’aurai l’occasion de le rappeler plus loin, il n’est pas bon de maigrir avant une liposuccion , car le travail sera plus difficile et les résultats pourraient être moins intéressants. Beaucoup de chirurgiens ne semblent pas conscients de cette logique en recommandant à leurs patients de perdre du poids avant la liposuccion. C’est selon moi une erreur.

Je m’explique : à la fin d’une diète, la peau s’est très souvent affaissée et présente un moins bon tonus.

liposuccion, La graisse, l’amaigrissement et la liposuccion?

De plus, les cellules, maintenant vidées de leur graisse, sont toutes demeurées sur place; cette masse de cellules vides crée un terrain très  fibreux qui rend le travail difficile, plus long et fastidieux, et pourrait occasionner un résultat moins intéressant avec une peau qui se rétracte mal, rendue plus flasque et dévitalisée par l’amaigrissement. Ce terrain fibreux donne parfois l’impression
au chirurgien de travailler dans de la laine d’acier , ce qui exige beaucoup plus de coups de canule pour une récolte de graisse moins intéressante, occasionnant plus de traumatisme, une plus longue convalescence et des résultats moindres.

Peut-être vous demandez-vous pourquoi, lorsqu’on perd du poids, le résultat n’est pas permanent, alors qu’il l’est avec la liposuccion. La réponse est très simple, c’est qu’avec la perte de poids, les cellules graisseuses ne font que se vider de leur contenu, et restent bien en place, plus agressives que jamais, alors qu’avec la liposuccion, on aspire ces cellules graisseuses au complet c’est-à-dire autant le contenu que le contenant, et les cellules graisseuses sont détruites à jamais. Et l’on sait qu’après la puberté, il ne se construit plus de nouvelles cellules graisseuses (théorie de Björntorp). Donc si on les enlève, elles ne reviennent pas. Ceci est un fait avéré sur lequel j’aurai l’occasion de revenir plus loin. En effet, l’immense popularité de la liposuccion dépend en grande partie de cette affirmation.

liposuccion, La graisse, l’amaigrissement et la liposuccion?

Donc, après une liposuccion, lorsqu’une personne engraisse, pour quelque raison que ce soit, âge ou mauvaise alimentation, les endroits qui ont été liposculptés, n’engraisseront pas (ou très peu, à cause du lm graisseux qu’on a dû laisser). Bien sûr la graisse pourra se distribuer ailleurs, où les cellules graisseuses sont intactes.

Cela ne veut pas dire que la personne deviendra disproportionnée, car les endroits qui n’ont pas été liposculptés ne peuvent prendre plus de graisse que leurs cellules peuvent en contenir . Les endroits non liposculptés prendront la même quantité de graisse qu’elles l’auraient fait sans liposuccion, pas plus et pas moins.

Parfois, des patientes, lors de leur évaluation en vue d’une liposuccion, nous disent de laisser faire telle zone, qu’elles la feront disparaître par un régime. Et c’est possible, bien sûr . Mais un régime, c’est l’histoire d’une vie, tandis qu’une liposuccion, c’est l’histoire d’une heure .

liposuccion, La graisse, l’amaigrissement et la liposuccion?

La liposuccion a aussi d’autres avantages si on la compare à un régime amaigrissant. La liposuccion ne réduit pas les muscles, un régime : oui. La liposuccion n’entraîne pas de phénomène de yo-yo, un régime : oui. De plus, le yo-yo ramène la graisse, mais pas le muscle. n régime produit souvent une peau flasque, la liposuccion, très peu grâce à la méthode superficielle déjà décrite.

Et enfin la liposuccion est une source de grande motivation à perdre du poids si la personne en a besoin.

Source: LA LIPOSUCCION| Tout ce qu’il faut savoir avant, pendant et après – Dr André Dupuy

[Total : 2    Moyenne : 5/5]
Des questions?