fbpx

Questions et réponses sur la liposuccion

Qu’est ce qu’une liposuccion?

C’est une intervention par laquelle on aspire les excès de graisse situés juste sous la peau. On la pratique à l’aide d’un mince tube en acier inoxydable appelé canule, laquelle est branchée sur un aspirateur. Son but est de remodeler la silhouette. On pourrait dire que c’est une chirurgie de contour .

Pourquoi préfère-t-on des canules de petits calibres?

Parce qu’elles permettent de faire des incisions plus petites, qui ne nécessitent pas de points de suture et laissent s’écouler après l’intervention, le liquide anesthésique préalablement infiltré. De plus, elles pénètrent mieux le tissu graisseux, sont moins traumatisantes et assurent des résultats plus précis.

Doit-on pratiquer une anesthésie?

Absolument. Il s’agit toutefois d’une anesthésie locale. On peut donc vérifier le résultat immédiatement après l’intervention en examinant le patient debout. Ainsi, on peut apporter les retouches nécessaires qui donneront un résultat du premier coup. L ’anesthésie générale devrait être évitée en liposuccion moderne.

Quelles sont les parties du corps qui peuvent être liposcultées?

Toutes celles qui contiennent de la graisse sous-cutanée : le menton, la bosse de bison, le dos, les bras, l’abdomen, les flancs, les hanches, les cuisses, les fesses, les mollets, les seins (chez les hommes notamment), et autres localisations de dépôts graisseux dérangeants.

Est-ce que tout est bien expliqué avant l’intervention? Est-ce que le patient comprend bien out ce qui l’attend?

Dans notre clinique, des instructions extrêmement détaillées sont remises avant et après l’intervention. De plus, lors de la rencontre d’évaluation avec le médecin, celui-ci accorde au patient tout le temps nécessaire à sa bonne compréhension. Aussi, le patient peut appeler la responsable ou même le médecin, aussi souvent qu’il le désire, pour poser toutes les questions qui lui viennent à l’esprit. Cette responsable a elle-même subi la liposuccion, et peut donner des renseignements et des conseils à partir de sa propre expérience.

L’intervention est-elle douloureuse?

La seule chose qui pourrait entraîner un désagrément, c’est l’anesthésie locale qui amorce l’intervention. Pour minimiser ce désagrément, on anesthésie d’abord la peau avec une micro aiguille; on y fait des boutons dermiques. Une fois l’épiderme gelé, on peut introduire l’aiguille sans aucune douleur. Etcomme la graisse est peu innervée, on peut l’anesthésier à son tour sans trop d’inconfort. Quant à l’intervention elle-même, elle est indolore puisque la graisse est complètement gelée. Plusieurs patientes ont comparé l’expérience à un massage. Pendant l’opération, on fait la conversation sur un ton détendu. Après la liposuccion, l’anesthésie locale garde la patiente confortable pour 18 à 24 heures, puis, une sensibilité persiste pendant une semaine ou deux, selon le cas. Des analgésiques sont alors prescrits.

Qui doit être refusé pour une liposuccion?

Évidemment, il faut être en bonne santé pour recourir à la liposuccion. Puisqu’il s’agit d’une intervention purement esthétique, il serait inconcevable de risquer sa santé pour mieux paraître. Les patients avec des problèmes de foie ou de reins seront refusés à cause des grosses quantités de médicaments impliqués pour l’anesthésie, et qui sont éliminés par ces organes. De même les patients diabétiques ou ceux souffrant de saignements anormaux ou de troubles cardiaques. Mais les candidats les moins aptes à la liposuccion, et de loin sont les immatures psychologiques, ces personnes qui ont des attentes irréalistes, qui demandent des garanties absolues, qui veulent retrouver leur jeunesse perdue, qui espèrent l’impossible, qui ne mesurent ni le but, ni les limites de la liposuccion, qui veulent ressembler à leur idole.

Quels médicaments doit-on prendre en vue d’une liposuccion?

Chaque patient reçoit une prescription d’antibiotiques, pour prévenir toute possibilité d’infection, de même qu’un analgésique pour les premiers jours suivant la chirurgie. La veille de l’intervention, un léger calmant assurera une bonne nuit de sommeil.

Devrait-on suivre un régime avant?

C’est la dernière chose à faire. Si les tissus graisseux sont vidés de leur graisse, ils deviennent plus fibreux, le remodelage se fait moins bien, la peau a perdu de son tonus en ajoutant le risque de moins bien se rétracter.

Peut-on enlever beaucoup de graisse?

Il est rare qu’on ait à dépasser 3 litres par intervention. Mais un chirurgien expérimenté peut aller jusqu’à 5 litres dans des circonstances qui s’y prêtent et qui sont plutôt rares, par exemple au niveau du tronc, si le poids du patient le justifie.

Peut-on enlever toute la graisse?

Surtout pas. La graisse joue un rôle très important et, l’enlever complètement amènerait des complications fonctionnelles et esthétiques. Permettez-moi une citation du Dct Pierre Fournier, un des pionniers de la liposuccion : « Ce n’est pas la graisse qu’on enlève, mais celle qui reste qui détermine le succès de la liposuccion ». Il est déraisonnable d’enlever toute la graisse, mais laisser juste ce qu’il faut, c’est à cela qu’on reconnaît le talent du liposculpteur.

Peut-on remodeler plusieurs endroits à la fois?

Oui, mais le choix des sites demande expérience et discernement de la part du chirurgien. Il faut aussi considérer l’âge de la personne, son poids, son état de santé, ses attentes et le contexte global. De plus, il y a une limite à la quantité de médicaments nécessaires à une anesthésie locale, car ils deviennent toxiques si on dépasse le dosage permis. Prenons le cas d’une personne de poids moyen en bonne santé. On traite souvent trois sites au cours d’une même intervention : par exemple la culotte de cheval, les flancs et la partie interne de la cuisse.

La liposuccion exige-t-elle une hospitalisation?

Absolument pas, ce genre d’interventions peut très bien se faire dans une clinique extra hospitalière appelée CMS (clinique médicale spécialisée). On y sera d’ailleurs beaucoup plus à l’abri des microbes que dans un hôpital.

Est-ce qu’on est soumis à un régime alimentaire spécial après la liposuccion?

Non. Cependant, pour optimiser les résultats, bien guérir le traumatisme chirurgical et éviter les complications, il est recommandé de boire beaucoup d’eau et de suivre un régime équilibré : beaucoup de fruits et légumes, de même que des protéines, poissons, volailles, bien sûr sans exagération, car même les bonnes choses deviennent mauvaises, quand on en abuse.

Peut-on aller au soleil?

C’est préférable de s’en abstenir tant qu’il y a des bleus, soit pendant une période de plus ou moins deux semaines. Et cela, pour éviter toute possibilité de taches pigmentaires.

Est-ce qu’on peut subir plusieurs liposuccions?

Bien sûr, si on a beaucoup de sites à faire opérer. Par exemple, le tronc, puis les cuisses, puis les bras et mollets, les fesses, ainsi de suite. J’ai déjà pratiqué jusqu’à quatre liposuccions chez la même personne, au fil du temps.

Est-ce que la liposuccion doit être faite avant ou après les maternités?

La plupart consultent après leur maternité, mais il n’y a aucune objection à le faire avant, bien au contraire, la peau et les muscles ne seront que de meilleure qualité et les résultats encore améliorés, surtout si la patiente a tendance à prendre un poids excessif lors de ses grossesses.

La liposuccion fait-elle disparaître la cellulite?

Question qui revient fréquemment. Même si on ne peut garantir la disparition de la cellulite, on peut prédire que la surface de la peau s’améliorera presque à coup sûr, car les tissus étant pour ainsi dire moins tendus, ils donneront moins prise à la peau d’orange.

Est-ce bénéfique pour une personne obèse?

La liposuccion n’est pas un traitement de l’obésité généralisée, mais plutôt d’une obésité localisée, appelée adiposité. Elle n’a pas pour but de faire perdre du poids, mais plutôt d’amincir les courbes du corps. Cependant, les personnes souffrant d’une obésité modérée peuvent en bénéficier grandement. Fait à noter, la liposuccion est parfois le point de départ d’une perte de poids intéressante chez certains obèses avec très peu d’effort. On parle alors d’effet « starter ». Parmi les bienfaits pour l’obèse, on peut affirmer que la liposuccion apporte une amélioration du confort respiratoire, du sommeil et, sans contredit, d’un formidable regain d’espoir . On a déjà parlé également d’une régulation de l’insuline, d’une baisse des lipides plasmatiques et du cholestérol ainsi que d’une augmentation du métabolisme basal, mais il faudrait pour l’affirmer, documenter le tout avec des preuves supplémentaires.

La graisse qui a été retirée se reforme-t-elle?

Non, car on enlève aussi les cellules graisseuses et la graisse ne peut « se fixer » s’il n’y a pas de cellules graisseuses pour la recevoir. Ainsi personne n’engraissera jamais au niveau du front, parce qu’il n’y a pas de cellules graisseuses. Il faut ajouter cependant que le peu de cellules graisseuses qu’on doit laisser pour faire un travail esthétique peut se gonfler après la liposuccion, mais jamais au point de reformer l’adiposité qu’on a prélevée. Pour être plus précis, si votre adiposité faisait 5 cm d’épaisseur , et qu’on a laissé ½ cm, il se pourrait, en cas d’engraissement, qu’on se retrouve avec 1 cm, ce qui est bien loin des 5 cm précédents.

Dans ce cas, pourquoi reprend-on du poids après une cure d’amaigrissement?

Parce qu’un régime vide les cellules graisseuses, mais n’en élimine pas une seule. Or la cellule graisseuse (adipocyte) est programmée génétiquement pour se remplir de graisse, c’est son seul but, sa seule raison d’être dans la vie. C’est pourquoi, selon les statistiques, les obèses reprennent du poids dans 95 % des cas. Si on la vide tout simplement, la cellule graisseuse devient pour ainsi dire « déstabilisée », c’est pourquoi, pour en venir à bout, il faut l’amputer, et c’est ce que fait la liposuccion : une amputation du tissu graisseux.

Comment la peau réagit-elle après une liposuccion?

Beaucoup mieux qu’après une cure d’amaigrissement. En effet, la canule de liposuccion irrite les tissus sous-cutanés, le derme plus précisément, et cela provoque une réaction importante de cicatrisation qui rétracte la peau, on parle de bio-stimulation. Il faut se rappeler que c’est la graisse qui fait pendre la peau et non l’inverse. Une fois la graisse enlevée, la peau ne demande qu’à remonter. Bien sûr, dans des cas extrêmes, où le tissu élastique est détruit, la peau ne pourra remonter . À part ces rares cas où l’on prend bien soin de prévenir le patient, la peau aura un aspect tout à fait normal.

Est-il nécessaire d’appliquer des pansements compressifs?

Oui, on porte une gaine pendant un mois environ. On doit la porter constamment durant les 72 premières heures; ensuite, durant le jour seulement. La liposuccion traumatise les tissus sous-cutanés qui doivent guérir . Or , c’est bien connu : une plaie qui n’est pas tenue fait mal et guérit mal. Cela signifie qu’une légère compression procure confort, analgésie et guérison plus rapide.

La guérison est-elle rapide?

Tout dépend de l’importance et du site de la liposuccion. Si elle a été faite à l’abdomen, l’œdème (en ure) peut persister entre deux à trois mois. Ailleurs, par exemple aux hanches ou à la culotte de cheval, les bienfaits sont visibles deux semaines après l’intervention.

La personne traitée doit-elle arrêter de travailler?

Si l’emploi n’est pas physique, par exemple un travail de bureau et que l’opération a lieu un vendredi, on pourra parfois retourner au travail le lundi suivant. Si l’emploi requiert des efforts physiques, ou qu’il s’agit d’une grosse intervention, comme le tronc, une semaine de repos pourra s’avérer nécessaire.

Et les cicatrices?

Les incisions sont tellement petites (4 mm) qu’on ne les voit pratiquement plus après quelques mois. De plus, lorsque c’est possible, on les fait dans des endroits cachés, tels le poil pubien, l’ombilic, le pli sous fessier.

Le résultat est-il définitif?

Cela va selon l’expérience du liposculpteur. S’il laisse beaucoup de graisse par crainte de trop en enlever , cette graisse devient de la « semence à engraissement ». S’il ne laisse que le minimum nécessaire à un parfait résultat, l’adiposité ne peut revenir . Cela ne veut cependant pas dire qu’on ne peut pas corriger ou améliorer une liposuccion dont le résultat est imparfait. Évidemment, en avoir trop enlevé sera beaucoup plus difficile à corriger que le contraire.

Qui peut pratiquer ce genre d’intervention?

Le Dct Giorgio Fischer , l’inventeur de la liposuccion, que j’ai déjà rencontré, a déclaré : « La liposculpture n’appartient à aucune spécialité chirurgicale. C’est un concept nouveau de chirurgie de la silhouette, qui utilise des instruments dont nous ne nous servons pas en chirurgie ». Dans cette perspective également, le Dct Pierre Fournier de Paris, chirurgien, et l’un des pionniers de la liposuccion, se demande si elle n’appartient pas à un nouveau spécialiste: le « liposculpteur ».

Le liposculpteur peut être tout médecin reconnu qui a l’entraînement requis et, surtout, des talents de sculpteur . Si votre choix s’arrête sur un liposculpteur qui a effectué des centaines d’interventions, voire des milliers, cela sera beaucoup plus sécurisant. Il y a une quinzaine d’années, j’ai passé quelques jours aux États-Unis, avec un chirurgien esthétique réputé, qui avait même travaillé trois ans au Brésil, avec le très renommé Dct Yvo Pitanguy, chirurgien des stars et des têtes couronnées. Ce chirurgien américain m’a confié dans un moment d’intimité : « En liposuccion, je m’améliore sans cesse et je rougis aujourd’hui de regarder mes résultats d’il y a deux ans ! » D’où l’importance de choisir un liposculpteur qui en fait beaucoup, beaucoup, beaucoup. L’adage: « C’est en forgeant qu’on devient forgeron », est aussi vrai dans cette pratique.

Doit-il posséder beaucoup d’expérience ?

Évidemment il y a un commencement à tout, surtout que la liposuccion ne s’enseigne pour ainsi dire pas, elle s’apprend plutôt grâce à l’apprentissage. Pour être virtuose, un pianiste doit avoir du talent certes, mais surtout de la pratique. C’est la même chose dans le cas d’un chirurgien liposculpteur, même s’il regardait travailler un chirurgien pendant un an, cela serait comparable à regarder jouer un pianiste pendant un an, qu’aurait-il appris au juste ? L ’ engageriez-vous comme musicien à votre mariage ? Seule, la pratique le rendra apte à prévoir le résultat de chacun des gestes qu’il aura posés. De plus, il aura vu d’innombrables cas et saura mieux conseiller ses patients selon leur âge, la qualité de leur peau, les attentes réalistes, les sites à traiter , etc.

Peut-on prendre des bains après une liposuccion ?

Non, des douches seulement pour la première semaine. Les bains chauds peuvent augmenter l’en ure et pourraient favoriser l’infection, tant que les incisions ne sont pas bien fermées.

Est-ce qu’il y aura des bleus ?

Cette réaction dépend de chaque personne. Celles qui font des bleus à rien dans la vie courante en feront plus facilement. Pour les autres, tout dépend de l’importance de la liposuccion. Les bleus durent environ dix jours. Grâce aux petites canules, on ne fait pas de points de suture pour fermer les incisions. Ainsi, le liquide responsable des bleus peut couler à l’extérieur, ce qui constitue un avantage certain.

Y a-t-il des retouches?

En chirurgie esthétique, on ne peut toujours obtenir la perfection du premier coup. Dans ce cas, une légère retouche viendra corriger soit une légère asymétrie, un petit oubli ou une guérison qui ne s’est pas faite exactement comme on l’avait prévue. Les retouches sont quand même très peu fréquentes, je dirais 2 à 3 % des interventions. Le mot retouche est mal choisi, on devrait plutôt dire raffinement, touche finale.

Quel genre de complications peuvent se produire?

Elles sont très rares de la part d’un liposculpteur expérimenté.

  • L’hématome ou le sérome : il s’agit d’un épanchement de sang ou de liquide qui produit une légère élévation de la peau. Le traitement consiste à retirer ce liquide avec une seringue. Ça ne laisse aucune trace;
  • Des bleus ou de l’en ure des régions opérées : c’est temporaire et sans conséquences;
  • Des douleurs, des démangeaisons ou de l’inconfort. Ces symptômes sont normaux après toute intervention chirurgicale et sont très supportables. Ils disparaissent rapidement et répondent bien aux analgésiques
  • Des marbrures persistent sur la peau : en général on peut les enlever avec la lampe pulsée (IPL) ou avec un laser;
  • Des troubles de la sensibilité aux endroits opérés : les points sensibles sont rares, peuvent durer quelques mois et finissent toujours par disparaître;
  • L’infection est très rare, car la xylocaïne dont on infiltre les tissus pour les geler exerce une action germicide. De plus, on donne toujours un antibiotique en prévention;
  • On peut n’avoir pas assez enlevé de graisse, en avoir oublié : c’est très facile d’y retourner pour terminer le travail, mais il faut attendre six mois;
  • Enlever trop de graisse est plus compliqué, car il faut en réinjecter : cette complication est plutôt rare pour un chirurgien expérimenté;
  • Les embolies sont rarissimes et surviennent lors d’énormes liposuccions qu’il faut donc éviter. Le fait de se mobiliser rapidement et de bien s’hydrater après l’intervention permet de prévenir cette complication;
  • Les embolies graisseuses sont également très rares : elles pourraient survenir lorsqu’on fait une autre chirurgie en même temps, comme la lipectomie, ce qu’il est préférable d’éviter;
  • On pourrait également perforer un organe profond or, cela survient presque exclusivement sous anesthésie générale.

En résumé, la liposuccion comparée à toute autre chirurgie esthétique comporte peu de complications postopératoires; des données statistiques parlent de 68 cas sur mille, ce qui est moins de 1 %. Évidemment ces statistiques ne s’appliquent qu’à la liposuccion ambulatoire tumescente (avec anesthésie locale), tel que je la pratique depuis plusieurs décennies.

Quel genre de douleur suivra la liposuccion?

Tout d’abord, l’anesthésie locale agissant une douzaine d’heures, ce n’est que dans la soirée qu’une sensation d’inconfort pourra apparaître. Certains patients la comparent à un coup de soleil, d’autres disent qu’il y a une sensation d’avoir forcé, d’être raqué. D’autres par contre disent qu’après seulement deux jours, ils se sentent très bien sans prendre leurs analgésiques. La question de la douleur est très peu soulevée et les analgésiques prescrits y sont très efficaces. J’ai noté que plus le patient désirait ardemment cette liposuccion, moins ça faisait mal après. Il n’est pas rare d’avoir une sensation d’engourdissement aux régions liposculptées. Cela rentre toujours dans l’ordre après quelques semaines.

Quand peut-on reprendre l’exercice?

On peut prendre des marches dès le lendemain. Après une semaine, on pourra s’étirer et lever des poids légers. L ’aérobie pourra reprendre graduellement après deux semaines. Bien entendu, tout dépend de l’importance de la liposuccion. Il suf t de demeurer à l’écoute de son corps et d’agir en conséquence. Les efforts importants devraient être évités pendant les premières quatre semaines.

À propos des activités sexuelles?

Il n’y a aucune restriction à ce sujet. Possiblement que vous n’aurez pas le cœur à ça les premiers jours, mais ensuite votre corps vous le dira. Vous en êtes le seul maître.

Est-ce qu’on voit des résultats rapidement?

Tout dépend des sites. On constate un résultat souvent spectaculaire immédiatement après la liposuccion, mais ensuite il se peut que l’œdème (enflure)vienne masquer ce résultat pendant quelques semaines. Tel que mentionné plus haut, l’abdomen est le plus long à guérir , demeurant dur pendant au moins deux mois. Par exemple, après deux semaines, il est possible d’aller en vacances au bord de la mer .

Peut-on boire et fumer après une liposuccion?

L’alcool est prohibé une semaine avant et trois jours après la liposuccion. Après ces trois jours et pour la première semaine, un verre au quotidien ne devrait pas causer de dommages. Pour le tabac, il retarde la guérison, c’est bien connu puisqu’il interfère avec la circulation sanguine. Donc, moins vous fumez, plus vite vous guérissez… Si c’est impossible d’arrêter complètement, il serait sage de ne pas dépasser la consommation de cinq cigarettes par jour , les deux semaines précédant et suivant l’intervention. S’il faut faire un implant graisseux, le tabagisme empêche la nouvelle graisse de reprendre vie, pas une goutte ne restera…

Qu’arrivera-t-il si on reprendre du poids après la liposuccion?

Les endroits liposculptés ne pourront jamais reprendre leur volume antérieur, car les cellules graisseuses effectuée enlevées ne peuvent revenir. En effet, des cellules graisseuses ça ne repousse pas à l’âge adulte, c’est comme les dents. Pour le reste du corps, le poids s’y répartira comme s’il n’y avait pas eu de liposuccion, pas plus et pas moins.

Quel est le coût d’une liposuccion?

Étonnamment accessible, si on considère les bienfaits qu’on en retire. Souvent, c’est le même prix qu’une cure d’amaigrissement, alors que les statistiques vous apprendront que seulement un patient sur vingt gardera son nouveau poids, alors qu’avec la liposuccion, le résultat demeure. Je dirais qu’actuellement, au Québec, le coût d’une liposuccion, selon les critères mentionnés plus haut, peut varier de 2 500 $ à 5 000 $. Certaines cliniques demandent de 7 000 $ à 10 000 $ pour la même intervention, en tenant compte du coût de l’anesthésie générale. Mais vous savez quel est mon point de vue sur la question!

Peut-on réparer une liposuccion manquée?

Il est très rare qu’on ne puisse pas réparer ou à tout le moins améliorer une liposuccion mal réussie. Il est évidemment beaucoup plus facile de réparer des bosses que des trous, car pour combler un manque, il faut réinjecter de la graisse, donc il faut en trouver , la prélever d’une façon stérile. Signalons au passage qu’on peut congeler cette graisse pendant 2 ans. Puisque 40 % de la graisse « implantée » reprendra vie, il faudra envisager parfois en réinjecter une seconde fois ou une troisième fois.

Que choisir entre la lipectomie ou la liposuccion?

Klein affirme que dans 95 % des cas, même avec une peau asque, la liposuccion est préférable à la lipectomie. Voici 2 exemples où l’on a opté heureusement pour la liposuccion.

[Total : 1    Moyenne : 5/5]
Des questions?